jeudi 30 septembre 2010

Sagesse de SRI SIDDARAMESHWAR MAHARAJ








Vous vous tourmentez inutilement, de quoi souffrez-vous au juste?

Vous êtes malheureux mais vous ne savez même pas pourquoi ! Une bonne réflexion pourrait venir à bout de toutes ces souffrances. L'homme limité vit dans la peur constante, il vit sous le joug des péchés et des mérites, des choses matérielles et de l'opinion des autres. Pensez, réfléchissez profondément, et débarassez-vous de ces peurs. Elles vous paralysent !



Le Soi est Un, unique, sans dualité aucune et à part lui rien d’autre n’existe. Alors comment se fait-il qu’il apparaisse sous la forme de l’univers ?


Il n’y a que l’or dans les bijoux, quelle que soit leur forme, c’est ensuite qu’on leur attribue des noms différents : bracelets, collier ou bagues. Leur différence n’est qu’apparente, car leur base est commune. Ainsi, ce qui apparaît différent est illusoire car, quel que soit le façonnage des bijoux, ils n’en restent pas moins or. L’orfèvre travaille l’or et lui fait prendre toutes sortes de formes mais l’or reste toujours de l’or. Noms et formes ne sont rien, ils ne sont qu’apparence. Pourquoi le diamant est-il appelé diamant, Ce n’est qu’un nom qui sert à mettre cette pierre en valeur pour la distinguer des autres. Le monde du nom et de la forme est irréel, seule la conscience pure est vraie. La statue en or d’un chameau ou celle du Seigneur Vishnou n’est faite que d’or. Dans les deux cas il n’y a que l’or qui existe. L’existence est en toute chose, même dans un objet inanimé comme la chaise. Dans la chaise c’est le bois qui existe. De la même façon, dans le monde noms et formes ne sont que concepts, rien d’autre n’existe que le Soi.


Le « je » est comme Rahou et Kétou, les deux démons qui avalent le soleil. Dans votre véritable nature vous êtes rayonnant comme le soleil mais le « je »(Rahou) vous fait de l’ombre.
Le Soi qui est si lumineux est dissimulé par le « je ».
La lumière ne dit jamais qu’elle éclaire la maison d’un intouchable ou celle d’un Brahmane ! Tout est conscience, il n’est donc même pas nécessaire de dire : « Je suis le Soi ».
La naissance et la mort appartiennent à ce « je ». Il n’y a de mort que pour ce corps subtil plein de désirs et qui se nomme lui-même « je ».
Les cinq éléments et la conscience restent tels qu’ils sont. Quand on dit par exemple : »Waman Rao est mort », cela signifie que seul le nom est mort. Il est apparu, aussi disparaît-il. Il est né, aussi meurt-il. Supprimer de votre mental l’idée que vous êtes un « je » particulier, c’est cela le signe de la connaissance.
La main bouge et vous dites « je bouge », les yeux voient et vous dites « je vois », le nez sent et vous dites « je sens », pourtant tout cela se fait par le pouvoir du Soi, mais vous dites « je fais ».


Le Soi n’a ni son ni couleur, il n’est ni jaune ni noir. Il reste égal à lui-même. On peut le comparer au beurre qui passe de l’ état solide à l’état liquide mais qui reste quand même du beurre. Il en va de même pour l’eau dont la nature ne change pas quand elle se transforme en glace. Une graine est une forme subtile de l’élément terre et quand elle rencontre la terre à nouveau, le pouvoir de la conscience se manifeste. C’est au contact du pouvoir de la conscience que tous les objets se concrétisent, mais ils ne sont fondamentalement rien d’autre que Dieu. Tout ce que vous voyez est vu à travers le filtre de la « conscience altérée », cette lentille déformante vous fais voir différentes formes de bijoux plutôt que leur base commune : l’or.


Arrêtez de penser que seul le positif doit arriver à ce corps particulier auquel vous vous identifiez ! Vous êtes devenu ce corps grossier parce qu’un corps unique, le vôtre, occupe votre pensée. Serviteurs et maîtres doivent êtres considérés comme étant Dieu car rien d’autre n’existe que le Soi. Avec ou sans attributs, il n’y a que Dieu. L’ego, L’individu limité n’existe que parce que nous créons des séparations. Nous percevons des différences entre l’épouse et la fille, le cheval et le chien, mais le Seigneur est en tous. Ne cherchez pas à changer la forme des objets, seule l’attitude de celui qui perçoit doit changer. Qu’il soit dans l’état conditionné ou non conditionné, le Soi est identique à lui-même et vous devriez le voir quel que soit son état. Tout est Krishna, même les atomes qui composent la chaise ! Celui qui adopte cette attitude devient le Soi. Quoi qu’il fasse, dormir, agir ou bien manger, il n’a en fait jamais dormis ou mangé…Quand tout est le Soi, qui mange et qui dort ? Celui qui est sans attributs et celui qui endosse les attributs sont Dieu tous les deux. Un roi est toujours un roi, qu’il soit assis sur le trône ou parti à la chasse ! Tous les êtres sont habités par la conscience, mais l’individu qui est dans l’ignorance se croit différent de se qui l’entoure, alors que le sage sait que la création entière est le Soi suprême.
Tout homme est Dieu, que tous soient donc heureux ! Pour qui prend cela à cœur et le met en pratique, tout devient le Soi.



Qui est ce "vous"? Qui est donc celui qui se proclame propriétaire de ce corps?
Voici votre main, votre nez, vos yeux, mais qui est celui qui les possède?
Qui est celui qui réside dans ce corps et qui se dit en être le possesseur?
Si vous vous coupez la main, vous vous écriez: "Je suis blessé!".Mais c'est faux, car c'est la main qui est blessée et non pas vous.
La croyance selon laquelle vous êtes le corps est totalement erronée.
Qui agit à travers vos mains?

Qu'est ce qu'un corps? C'est un assemblage d'éléments tels que les mains, les pieds, la bouche, le nez, les oreilles, les yeux etc. C'est l'ensemble de tous ces éléments que nous appelons corps. Le "Je" est-il l'un de ces éléments? Si l'on dit par exemple: "le Je, c'est la main "et que la main est coupée, personne ne dira "j'ai été coupé ou j'ai été jeté", mais plutôt :"je me suis coupé la main".
On parle donc de toutes ces parties comme étant "miennes" et le corps lui-même qui est constitué de tous ces éléments est aussi déclaré être "mien" .On en déduit ainsi que celui qui dit posséder ces membres et ce corps est véritablement le maître, et qu'il est en fait différent de ce corps qu'il dit être sien. Le "Je" n'est aucun élément du corps physique mais ils sont tous "mien" .

Maintenant, si l'on poursuit le raisonnement, on peut dire que si "Je" n'existe pas, il n'y a rien qui puisse être appelé "mien, ce corps et ces membres ne peuvent donc pas m'appartenir. Ainsi, puisque 'on ne peut trouver "Je" nulle part dans le corps, comment peut-on dire que les membres de ce corps et ces tendances nous appartiennent?

Qui en est propriétaire? Les cinq éléments: la terre, l'eau, le feu, l'air et l'espace, ont droit de propriété sur ce corps. Après la désintégration du corps, chacun des cinq éléments prend sa part. Le corps est composé de ces cinq éléments et les matières qui constituaient cette enveloppe ont été reprises par leurs propriétaires respectifs. Lorsqu'il est absorbé par les cinq principes de ces éléments, il ne reste plus rien que l'on puisse appeler corps.


Tout ce qui peut être vu ou ressenti sera un jour détruit. Le visible est le fruit de notre imagination et ce qui existe ne repose que sur la mémoire. La nuit, quand la mémoire est au repos, tout s'efface, sauf si vous êtes tourmenté par quelque chose qui vous empêche de dormir.
Le sommeil est un état où le monde est oublié. Dès que nous nous oublions tout disparait. Ce qui peut disparaître dans l'oubli n'est pas réel.(...)Dire :"Je suis le corps" est l'aliénation. Affirmer au contraire: "Je ne suis pas le corps, rien ne m'appartient car je ne suis pas", c'est la libération.
(...)L'état qui correspond au corps grossier est l'état de veille, et vous n'êtes pas cela. Libérez-vous de l'identification au corps mortel qui vous limite.
Vous dites vous-même que ce corps vous appartient , mais cela implique que vous n'êtes pas lui, alors qui êtes-vous?


Puisque vous dites que ce corps est le vôtre et ce mental également, cela prouve bien que vous n'êtes ni l'un ni l'autre. Vous êtes différent d'eux. Vous n'êtes ni le corps ni le mental ni l'intellect qui ne sont que concepts. Vous n'êtes pas non plus l'oubli ou l'ignorance. Lorsque vous êtes conscient du Soi qui demeure en vous, vous avez atteint la connaissance mais vous n'êtes pas cette connaissance non plus! Ce qui veut dire que vous êtes au-delà de tout, y compris de la connaissance.
Qui réside dans ce corps? Est-ce vous ou quelqu'un d'autre? Les os ou la chair? Qui répond: «JE suis là «quand on vous appelle?
Nous devons comprendre notre propre nature, mais quelle est-elle?
Elle est dissimulée et c'est l'illusion qui est apparue au premier plan.

"Je suis le corps" est le faux qui est imprimé profondément dans notre mental, tandis que ce qui est vrai est mis de côté. L'homme accepte cette nature factice comme vérité. On différencie les hommes et les femmes sur la seule base de l'apparence physique, tant le corps grossier nous apparaît important. Le corps a établi sa prééminence sur tout le reste et c'est à lui que nous nous identifions.

Il est pourtant ridicule de dire "je suis le corps". Les exemples qui suivent vous aideront à mieux comprendre.
Un potier qui avait élevé un âne pendant des années n'arrêtait pas de clamer à qui voulait l'entendre que cet âne était son âne, tant et si bien qu'un jour il s'est vraiment pris pour un âne!
Le potier est-il plus fou que vous?
De même, un chauffeur qui n'arrêtait pas de louer les qualités de sa voiture a fini par se prendre pour une voiture! Comment cela est-il possible? Le potier est bien différent d'un âne et le chauffeur est également une entité séparée de sa voiture, tout comme le Soi est différent du corps.
Comprenez que vous n'êtes pas la matière inerte de ce corps mais cette force qui lui donne vie.
Un jour Kabîr (un grand sage) s’est fait mordre par un chien. Il a simplement fait remarquer que le chien et la chair déchirée avaient connaissance de l'incident, mais pas lui. Le Soi n'a pas été mordu!

Selon la tradition hindoue, on ne donne un nom à l'enfant que douze jours après sa naissance et lorsque quelqu'un meurt le rituel des obsèques dure douze jours également. Le treizième jour on distribue des sucreries pour marquer la fin du deuil et on oubli alors le nom. Le nom n'existe pas à la naissance et disparaît quelques jours après la mort du corps.

Le corps étant illusoir on ne peut même pas dire qu'il meurt puisqu'il n'a jamais été vivant! La force de vie qui l'habite, voilà ce qui le rend vivant et quand elle se retire ce n'est que le nom que portait le corps qui disparaît.


Votre vie durant vous vous êtes attaché à un nom qui n'est même pas né avec votre corps et ne meurt pas tout de suite avec lui. Mais vous ignorez le Soi suprême qui a pourtant accompagné votre corps de la naissance à sa disparition et qui lui survit!
Quand vous comprenez qu'il n'y pas une seule preuve de votre existence, vous cessez d'être concerné par des sujets aussi triviaux que la naissance et la mort car une personne qui n'existe pas n'a ni naissance ni mort!


La souffrance est née de l'oubli de nous-mêmes et nous réalisons le bonheur quand nous comprenons ce que nous sommes réellement. Ce rappel de soi est la connaissance de soi.
Pour savoir ce que l'on est vraiment, il faut tout d'abord distinguer ce que l'on appelle "mien" de celui qui l'affirme. Ce que nous croyons posséder est de nature illusoire.
Par exemple cette chose que l'on appelle notre corps change à tout instant, il est soumis à la nature, alors que celui qui dit le posséder est le Soi qui ne change jamais.

Tout ce que vous voyez et ressentez, ainsi que tout ce qui
apparaît est illusion, tandis que celui à qui tout cela apparaît est le Soi.
On m'a demandé récemment de préciser où est le Soi. Mais puisqu'il est partout et en tout, il est impossible de le montrer ou de le localiser.
Où est le pouvoir qui fait fonctionner le mental, les yeux et le sens interne? D'où viennent les pensées et le sentiment d'être? Ils apparaissent tous dans le Soi qui assume la forme de la connaissance. Le Soi est le siège de toutes les facultés, qu'elles soient physiques ou mentales.
Ainsi, la connaissance préside à la création entière. La lumière de la connaissance prévaut dans la manifestation.

Comme la lumière d'une lampe éclaire les objets tout en restant différent d'eux, la connaissance est distincte de ce qu'elle illumine. La lampe est l'instrument qui éclaire les objets mais elle n'est pas illuminée par eux, elle reste distincte des objets qu'elle éclaire. Cette propriété d'illumination donne toute sa valeur à la lampe.

De même si on considère le soleil on voit qu'il fait exister tous les objets, y compris la lampe, en projetant sa lumière sur eux. Les yeux à leur tour font exister le soleil, la lampe et tous les objets. Ainsi, le soleil étant le créateur du jour, il est plus puissant que la lampe et tous les autres objets. Mais l'œil qui perçoit le soleil et tout le reste est encore plus grand.

Maintenant, qui peut voir tous les objets y compris la lampe, le soleil et les yeux? Le mental et l'intellect bien sûr! Et c'est le Soi qui éclaire ces derniers, c'est lui qui voit et illumine tout. Celui qui perçoit tout et tous n'est perçu par personne!

Puisque je peux tout percevoir, je suis supérieur à tout, je suis le joyau!

Cette qualité intrinsèque du Soi le rend digne de toute vénération. Il est sa propre lumière. Le Seigneur Krishna dit: "Je suis celui qui réside au cœur de tous les êtres". Ce "je" est le Soi.

Je suis le Seigneur Rama ,le Seigneur Krishna ,je suis Dieu, le Tout-Puissant!

Dieu est omnipotent, il est vous-même, le Soi.

Puisque toute existence, même celle du soleil, n'est due qu'au Soi qui a assumé la forme de la connaissance, on le considère comme le Seigneur! Dans ces conditions, comment le monde matériel pourrait-il avoir plus de valeur que moi-même qui en suis le créateur? Le Soi étant vous-même, comment pouvez-vous faire allégeance à qui que ce soit d'autre? Un roi obéit-il aux ordres d'un valet?

N'oubliez pas votre vraie nature, ne descendez jamais de cette position: "je suis le Seigneur et le monde entier fonctionne grâce à mon pouvoir". Mais sachez qu'en l'absence de la foi, tout est vain.




Quand vous dormez la nuit votre mental et votre intellect sont éteints. Le monde entier semble dormir alors et plus rien n'a d'importance pour vous.


Mais dès que vous vous réveillez le matin, le monde aussi semble s'éveiller. Cela veut bien dire que c'est vous qui faites naître le monde! Ce que vous êtes en réalité est sans corps et toujours paisible. Vous êtes la paix elle-même qui n'a aucun désir pour le monde